Philippe Guédon

                                                   par André Dewael

 

 

Ingénieur des Arts et Métiers, Philippe Guédon a travaillé 10 ans chez Simca qu'il a quitté après l'étude de la 1100.  Ce véhicule fut une réussite pour la marque et plus tard, il s'inspirera largement de cette étude : que ce soit le moteur conçu par Georges Martin (dont le destin sera parallèle puisqu'il rejoindra Matra Sports où il concevra le fameux V12), ou les éléments de châssis avant, le train avant pour créer la Bagheera, voire le véhicule quasi entier en version utilitaire (type VF) pour créer la Rancho.

 

Il a voulu quitter Simca pour tenter l'aventure chez Matra, nouvelle marque automobile, afin de réaliser son rêve d'enfant : créer des voitures, chose pour laquelle il était vraiment prédestiné.  Chez Matra, il a dû partir de zéro, tout créer mais surtout il a pu s'exprimer pleinement.

 

De Simca à Matra, de Matra à Renault, Philippe Guédon, sera un novateur en matière d'architecture automobile.  Pour l'Histoire de l'automobile, il restera l'inventeur de l'Espace, ajoutant ainsi un mot à la langue française : le monospace.

 

Sous le titre "Je suis obsédé d'automobile", Stéphane Meunier signe un article dans la revue "Auto-Plus" n° 305 du 12.07.94 où il redéfinit le terme "passionné" après sa rencontre avec Philippe Guédon : "fou sympathique qui croit que l'automobile est une planète à découvrir".

 

Selon lui, créer une voiture est une œuvre qui "vous rapproche du sentiment de plénitude et d'accomplissement qu'a une femme lorsqu'elle donne la vie".

 

Après avoir défendu la cause de Matra à tous les échelons de l'entreprise, jusqu'à en devenir PDG, il fut appelé en mai 2002 à la Présidence du Conseil de surveillance de Matra au sein du Groupe Lagardère. Ce poste honorifique marquait la volonté du Groupe Lagardère de se séparer de ce qui fut longtemps sa "danseuse".  Alors que Jean-Luc Lagardère l'avait engagé au départ pour créer "la voiture des copains", il plaisantait volontiers en déclarant "n'avoir jamais fait le boulot demandé par son patron".  Mais avec la m72, n'avait-il pas enfin trouvé le concept ?  Un an plus tard, sonnait le glas de Matra Automobile à Romorantin.

 

Réduire Philippe Guédon à la création automobile, c'est oublier sa culture étendue où domine son attrait pour l'architecture (son modèle n'est autre que Le Corbusier), la littérature, le théâtre, le cinéma, l'histoire de l'automobile... 

Fondamentalement il est d'une nature passionnée, denrée rare parmi les décideurs du monde automobile, et c'est un vrai "libre-penseur automobile" qui n'a jamais hésité à accorder des interviews dans les médias pour évoquer son regard sur l'évolution de l'automobile, lui qui a accumulé tant d'expériences et s'est toujours placé à contre-courant pour placer Matra... sur orbite !

 

Il a eu le rare bonheur d'être secondé par une véritable équipe soudée, animée par un maître-mot : la passion ; ses collaborateurs dévoués et solidaires dans les bons et les mauvais moments sont de vrais amis comme Jean-Louis Caussin, Enzo Garavelloni, Roger Charbonnel...

 

Au Mobil Economy Run organisé sur la piste du Castelet le 13 avril 1975,

 il est en compagnie de Jean-Pierre Beltoise (qui remporta l'épreuve avec la Bagheera n°22), Enzo Garavelloni et Roger Charbonnel.

 

 

Amoureux de la langue de Molière, connaissant la saveur des bons mots, cet éternel jeune homme n'est jamais avare de formules-choc, créant parfois ses propres maximes.

 

Merci à vous, Monsieur Guédon, ainsi qu'à vos joyeux complices, d'avoir créé pour nous des voitures qui ont réellement une âme.

 

 

 

 

 

Ses grandes dates

1956 Entre chez Simca comme ingénieur et participe à l'élaboration de la Simca 1100.
1965

Rencontre Jean-Luc Lagardère, patron de Matra Sports, la division automobile naissante de la société des Engins Matra après le rachat des Automobiles René Bonnet.

1967

Présente la 530, sa première sportive qui restera sa voiture fétiche : un coupé targa 2+2 à moteur central.

1973 Lance la Bagheera, une sportive triplace à moteur central.
1977 Inaugure le thème de l'auto-loisirs avec la Rancho.
1981 Sort la Murena comme aboutissement du concept sportif de la Bagheera.
1984 Dévoile ce qui allait être son coup de génie : l'Espace.
1999 Propose le concept de "coupéspace" avec l'Avantime.
2000 Lance le concept d'auto-moto avec le prototype M 72.
2005 Conçoit la Bluecar pour Bolloré.
2014 Conçoit la Bluesummer pour Bolloré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 13 septembre 2014, il a reçu en Italie le XVème Prix international "Bersanti e Matteucci".

Ce trophée récompense sa recherche architecturale dans l'automobile et couronne l'ensemble de sa carrière chez Matra.

 

 

 

 

 

 

 

 

Libre Espace Guédon

 

 

Il était une fois un petit d’homme

Qui comme tout gosse voulait être grand.

Plus vite que tout autre

Il ignorait que sa taille d’homme

Dépasserait celle des autres.

Il ignorait aussi qu’à sa taille d’homme

Il dépasserait celle des autres grands !

 

Parmi tous ses jouets,

Un seul l’intéressait.

De tout, il s’en amusait

Plus que de raison

Partout dans la maison.

Soir et matin,

Il le prenait en mains,

Le faisait rouler,

Lui faisait faire quantité de cabrioles

Pour l’apprivoiser.

Dans sa tête, en dehors de l’école,

Il pensait déjà à le réinventer…

 

L’enfant avait trouvé « son » jouet : l’automobile !

Seulement, à son âge, il ignorait

Qu’un gai don il possédait

Et qu’un jour il deviendrait

Inévitablement un « créateur d’automobiles »

 

En son corps et en sa tête grandissant,

Sans doute plus que la moyenne de son temps,

Ce petit d’homme devint grand.

Aux Arts et Métiers, il entra.

Diplôme d’ingénieur, il engrangea

Pour s’en aller travailler chez Simca.

 

Un jour, il se rendit chez les fous,

Et s’en revint tout « fou-fou »…

Pour ne plus en changer du tout !

 

En fait, c’est chez Matra

Qu’en 1965 il entra.

C’est là que son nez fin l’inspira

Et, sans perdre son latin,

530, Bagheera,

Rancho puis Murena

Il déclina.

 

C'est alors que lui vint

Une idée révolutionnaire

Qui ajouta un mot au dictionnaire.

Ce fut le monospace

Car il avait créé l’Espace.

En 1984, quelle audace !

 

Ce fut son jouet extraordinaire

Qui le fit connaître par toute la planète Terre.

L’homme grand était devenu un grand homme

Dont l'histoire de l’automobile retiendra

Dans son dernier tome

Que l’Espace il créa.

 

L’ingénieur devenu patron n’ayant jamais manqué d’audace,

Depuis fort longtemps de l’Espace,

Voulait en décliner un coupespace ; ce fut « Avantime ».

Malheureusement pour Matra ce fut « the last time ».

 

Aujourd’hui l’homme grand

Plus que jamais brillant,

Une fois abordé,

Reste détendu et convivial,

Et de maximes personnelles

Il se régale

Lorsqu’un passionné

Lui évoque le passé

Et ses victoires intellectuelles.

 

Du passé, intimement,  il n’en a cure

Car il ne pense jamais qu’au futur.

 

Sans aucun doute, Philippe Guédon

Est l’un de ces hommes d’exception

Qu’avec respect nous saluons.

Car c’est à lui que nous devons

Ce qui nous réunit : notre passion.

 

André Dewael

                                                         Mortefontaine, 31 octobre 2004.

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Guédon se raconte sur Memoro France :

Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3

 

Pour mieux connaître l'homme et son oeuvre, voici l'ouvrage publié aux éditons E-T-A-I :